Nouvelles

Le scholastique Maurice Malema célèbre ses vœux perpétuels en confinement

Le scholastique Maurice Malema célèbre ses vœux perpétuels en confinement

Le confinement n’a pas empêché les missionnaires comboniens de célébrer le don de la vocation missionnaire du scholastique Maurice Malema qui, ce samedi 18 avril 2020, a émis ses vœux perpétuels dans la chapelle de la communauté de Kingabwa, à Kinshasa. Ont pris part à la célébration les quinze personnes -onze confrères et quatre autres personnes de passage- qui vivent dans la communauté de Kingabwa. Étant donné que la RD Congo vit dans l’état d’urgence sanitaire à cause du coronavirus, le Père Léonard Ndjadi, supérieur provincial, a invité un représentant pour chaque communauté de la zone de Kinshasa, qui sont venus se joindre à la célébration: le P. Ferdinand Sito, formateur du scholasticat de Kintambo, le P. Elio Farronato de la communauté de Bibwa et le P. Luis Filiberto de Kimwenza. La famille de Maurice a été représentée par Madame Véronique.


La célébration a débuté à 11h00’ dans une ambiance de fête, propre de l’Octave de Pâques. Dans son homélie, le P. Léonard a félicité Maurice pour sa persévérance durant les treize ans de formation de base: « Nous félicitons Maurice parce qu’il a été persévérant. En même temps nous remercions le Seigneur, car il a été fidèle à ses côtés. ». Il a aussi expliqué la signification de chacun des vœux de pauvreté, chasteté et obéissance qui, selon lui, n’ont du sens que s’ils sont vécus en vue de la configuration au Christ et l’accomplissement de la volonté de Dieu. Citant la Règle de Vie des Missionnaires comboniens (nº98.2), le P. Léonard a ajouté que cette configuration est animée par une fidélité à toute épreuve et rendue visible par le désir libre et spontané et par la capacité de vivre avec sérénité et décisions les conseils évangéliques, la vie communautaire et aux exigences de la vocation missionnaire combonienne.

S’adressant directement à Maurice, le supérieur provincial, il lui a demandé d’entretenir une relation profonde avec le Christ, de soigner sa vie spirituelle et de dialoguer sans cesse avec ses propres fragilités puisque le Seigneur lui veut du bien: «Le Seigneur te veut du bien, beaucoup de bien. Et ta vocation est l’expression de l’amour gratuit de Dieu envers toi. Le don que le Seigneur te fait aujourd’hui, accueille-le dans la condition de perpétuelle fragilité. Alors, tu as la responsabilité de travailler chaque jour pour que tes limites n’empêchent pas à ce don de rayonner. ». A la fin de son intervention, tout en lui souhaitant le meilleur dans son service missionnaire, le supérieur provincial a donné à Maurice le conseil de ne négliger personne car, a-t-il dit, Dieu est profond et peut se manifester sous forme de brise légère.

Né à Isiro le 30 octobre 1986, le scholastique Maurice Malema a fait ses premiers vœux à Cotonou en mai 2013. En 2017, il a terminé sa formation en Théologie au scholasticat de Pietermaritzburg, en Afrique du Sud. Il effectue son service missionnaire dans la communauté de Bondo et il y a quelques semaines, le Conseil Général l’a affecté à la province du Congo.

 

Dans son mot de circonstance pendant la célébration, Maurice a partagé à l’assemblée que, pendant son processus formatif et missionnaire, il a appris à assumer la souffrance comme partie intégrante de la vie humaine et chrétienne, à donner plus de valeur au pardon et à assumer son histoire personnelle comme un don. Sa consécration totale à la mission et au service des plus pauvre et des plus abandonnés est pour lui un motif d’action de grâce à Dieu pour le don de la mission et une prière pour que le Seigneur lui donne la force pour le futur: « Je demande au Seigneur qu’il me manifeste le même amour et la même confiance qu’il m’a montrés jusqu’aujourd’hui, surtout durant mes treize ans de formation. Il a été pour moi un guide. Je le prie aussi à disposer mon cœur pour que je sois toujours au service des plus pauvres et des plus abandonnés ». Maurice confie aussi sa consécration à l’intercession de la Vierge Marie, Saint Daniel Comboni et aux membres de sa famille religieuse, les missionnaires comboniens du Cœur de Jésus.

Après la célébration eucharistique, qui a pris fin à 13h05’, un repas fraternel a été partagé dans le réfectoire de la maison provinciale.

Lwanga Kakule

 

Partagez cet article




Plus de Nouvelles